Le 17 juin 2019, une campagne nationale de prévention des cyberescroqueries démarre sur le thème « Et vous ? Vous auriez dit oui ? ». Les polices suisses et la Prévention Suisse de la Criminalité (PSC) unissent leurs forces afin de sensibiliser la population aux bons comportements à adopter sur internet.

Ce lundi 17 juin, les quatre concordats policiers suisses (RBT, PKNW, ZPKK, ostpol), Zurich ainsi que PSC débutent une campagne nationale de prévention afin de sensibiliser la population aux potentiels risques présents sur Internet. Dans ce cadre, des capsules vidéos d’environ une minute chacune seront diffusées sur les réseaux sociaux, au rythme d’une par trimestre. Les trois thèmes abordés en 2019 seront les escroqueries sur les plateformes de petites annonces  (www.skppsc.ch/cyberescroqueries),  l’escroquerie sentimentale (Romance scam) ainsi que les mules financières (Money Mule). Les diffusions se poursuivront en 2020 avec de nouvelles escroqueries abordées. Diverses autres actions de sensibilisation seront entreprises en parallèle dans les cantons (campagne d’affichage, distribution de cartes postales, articles de fond diffusés sur les sites dédiés à la prévention, conférences, etc.).

« Et vous ? Vous auriez dit oui ? »

Cette nouvelle campagne mettra en exergue la dichotomie entre le comportement des citoyens dans la vie réelle et leur comportement sur Internet. En effet, dans une même situation, la majorité des gens semble agir différemment sur Internet ou dans la « vraie » vie. Certaines attitudes mènent bien souvent à une cybervictimisation, avec des conséquences financières et psychologiques très lourdes. L’objectif est également de transmettre quatre conseils généraux quant aux comportements de base à adopter sur Internet afin de minimiser le risque d’être victime d’un escroc :

Ne vous fiez jamais à une personne que vous ne connaissez que par Internet.

 Ne transmettez jamais de mots de passe et de documents officiels (passeport, permis de conduire, etc.).

 Ne divulguez jamais de photos ou d’informations intimes.

 Ne versez jamais d’acompte sans être sûr de la fiabilité de votre interlocuteur.

Cette coordination nationale s’avère nécessaire en raison de l’augmentation croissante des cas de cybercriminalité au fil des ans. En effet, bien que les cas de cyberescroqueries ne fassent généralement pas encore l’objet d’un décompte spécifique de la part de l’Office Fédéral de la Statistique (OFS) et des polices, les statistiques nationales 2018 montrent une augmentation de 23% des escroqueries, une grande partie de cette hausse pouvant être attribuée au cyber. De plus, les enquêtes judiciaires consécutives aux dépôts de plaintes des nombreuses victimes s’avèrent souvent complexes, en raison du caractère international d’Internet.

lien YouTube :