Le phénomène appelé « Romance scam » continue à occuper et à inquiéter nos services. Durant ces deux dernières années, plus d’une dizaine de ces infractions ont été dénoncées. Le préjudice moyen est de CHF 60’000.- par victime. Cependant, ces chiffres ne reflètent pas la réalité du terrain.

Le phénomène appelé « Romance scam » (escroquerie romantique) est une arnaque commise au moyen d’internet. Le mode opératoire est le suivant :

L’escroc appelé aussi scammer va créer de faux profils (homme ou femme) sur les réseaux sociaux ou des sites de rencontre. Il va traquer des personnes en mal d’amour. Une fois le contact établi, il va s’employer à manipuler sa victime afin de la faire tomber éperdument amoureuse. Il va lui faire croire à un amour parfait ; compliments, belles déclarations, promesses, flatteries… Ces agissements peuvent durer plusieurs semaines afin d’amener la victime à lui faire une confiance aveugle. Dès lors, il peut passer à la vitesse supérieure. Il va lui dire qu’il n’est rien sans elle, qu’il a besoin d’elle, qu’il la veut auprès de lui. Arrivent ensuite les histoires tragiques et/ou rocambolesques le positionnant toujours en martyr que seule une arrivée d’argent pourrait sauver. La victime va être amenée à proposer elle-même une aide financière. L’escroc promet de rembourser rapidement et même de lui verser une plus grosse somme d’argent leur permettant de vivre ensemble à l’abri du besoin.

Ces escroqueries sont particulièrement sournoises car en plus de dépouiller les victimes, elles les brisent sentimentalement. Mais l’affaire peut prendre une tournure encore plus sordide si la victime a transmis des photos ou des vidéos la mettant en scène de manière déshonorante. L’escroc pourra s’en servir pour la contraindre à lui verser encore plus d’argent sans quoi les clichés seront transmis à tous ses contacts (sextortion). Si la supercherie est découverte, l’escroc se fera passer pour la police locale ou un avocat qui contactera la victime sous prétexte d’une enquête en cours, il lui fera miroiter qu’elle pourrait récupérer son argent moyennant le dépôt d’une avance de frais pour pouvoir porter plainte.

Depuis 2017, la Police cantonale n’a enregistré qu’une dizaine de plaintes à ce sujet, dont le préjudice moyen s’élève à CHF. 60’000.- par victime. Ces chiffres ne reflètent pas la réalité de ce que vivent les victimes qui, par honte, n’osent même pas en parler à leurs proches.

Les victimes répertoriées sont très souvent des femmes d’une cinquantaine d’années, mais les hommes sont aussi touchés.

Comment se prémunir contre le « Romance scam » ?

– Ne versez jamais d’argent à des personnes que vous ne connaissez pas personnellement dans le monde réel – aussi touchante que soit l’histoire qu’elles vous racontent.
– Méfiez-vous encore davantage si l’argent doit transiter par une plateforme de transfert d’argent, comme Western Union ou Moneygram. Les escrocs apprécient ces services car il est impossible de remonter la piste des flux financiers.
– Posez des questions et essayez de voir ce que votre interlocuteur a dans le ventre. Ne prenez pas ses réponses pour acquises.
– Restez le plus anonyme possible. N’indiquez aucun numéro de téléphone ni aucune adresse.
– N’envoyez aucune photo ni vidéo sexy ou non. L’escroc pourrait les diffuser, vous faire chanter ou les utiliser dans d’autres arnaques en photo de profil.
– Si vous avez été victime, n’ayez pas honte d’en parler autour de vous. Cela permettra de contribuer à la prévention qui est la clé pour contrer ces abus sordides.

Sources : Prévention suisse de la criminalité