Durant la saison 2020/2021, le Valais a déploré le décès de 11 personnes emportées par des avalanches. Afin de renforcer la prévention sur le front des accidents d’avalanches, la Police cantonale valaisanne a coordonné un groupe de travail multipartenaire composé de l’Organisation cantonale valaisanne des secours OCVS144, de l’Association suisse des guides de montagne ASGM, des Remontées mécaniques du Valais, du WSL Institut pour l’étude de la neige et des avalanches SLF, de l’Office cantonal du sport, d’Air-Glaciers/MFXB, du Groupe d’intervention médicale en montagne GRIMM, du Service de l’économie, du tourisme et de l’innovation ainsi que de jeunes freeriders valaisans. Dans le cadre de l’une des trois actions de prévention, la station de Verbier a accepté d’officier tant que station-test et d’œuvrer dans ce sens. Ces innovations préventives, qui ont fait l’objet d’une conférence presse ce 20 décembre 2021, connaissent en outre le soutien du BPA (Bureau de prévention des accidents) ainsi que du Club des Combins.

Détection du problème

Si le nombre de morts sur les routes valaisannes a connu une forte baisse durant les décennies écoulées (117 morts en 1970 pour 10 en 2020), la courbe des accidents liés aux avalanches ne fléchit pas. En outre, l’échelle européenne de danger d’avalanche à cinq niveau n’est pas toujours bien interprétée. En particulier, son troisième degré de danger, dit « marqué » est le plus critique pour les activités hivernales en dehors des domaines sécurisés. En effet, 65% des accidents mortels ont lieu lorsque ce degré est annoncé dans le bulletin d’avalanche du SLF. Le degré 3 sur 5 semble être au milieu de l’échelle, mais en réalité il s’agit du niveau maximal pour les pratiquants non expérimentés ou non accompagnés par un guide de montagne (ou un professionnel) lorsqu’il s’agit de quitter les pistes.

Trois actions concrètes

1 – Réalisation de clips de prévention. Ceux-ci contiennent les messages préventifs en lien avec les degrés de dangers 3 et 4. Ils seront diffusés sur les réseaux sociaux en amont de prévisions avalancheuses délicates. Dans l’optique d’un véritable mouvement de prévention, ces diffusions contiendront le hashtag #freeridesafer.

2 – Renforcement de la signalétique en station de ski. Des messages de prévention liés aux dangers 3 et 4 seront diffusés sur les supports spécialement aménagés dans le cadre de notre action. Sur écrans, affiches ou flyers, les conseils seront visibles par les skieurs aux départs des remontées mécaniques, notamment de la station de Verbier qui a officié cette année en qualité de station-test.

3 – Avalanche-check.ch. De manière ludique et simple, la plate-forme internet « avalanche-check.ch » permet à tout un chacun de tester ses connaissances sur la gestion du danger d’avalanche sous la forme d’un questionnaire en ligne, gratuit en trois langues (FR, DE, EN). Les thèmes abordés touchent à la préparation des sorties, à la gestion du danger d’avalanche dans le terrain et au secours.

Les personnes qui participeront au questionnaire seront encouragées à se former et à se perfectionner. Elles auront le choix de s’inscrire, si elles le souhaitent à une grande tombola (prix : sortie héliski avec guide, sacs Airbag, kit DVA+pelle+sonde, journées de formation avalanches, forfaits journées de ski, nuitées en cabanes de montagne, licences White Risk App smartphones et site formation en ligne, etc…)

Lien et QR-code de l’avalanche-check.ch : http://avalanche-check.ch

Clips :

https://youtu.be/1mlywqW–cg

https://youtu.be/9S-OfabRoiQ

https://youtu.be/RCwyy09y52o