Valais : appel à la méfiance – « arnaque au président »

L’« arnaque au président », une attaque redoutable pour les entreprises. La fin de l’année est une période propice aux escrocs utilisant ce mode opératoire.

On parle de l’arnaque au président lorsqu’un individu se fait passer pour le directeur de l’entreprise et prétexte l’imminence d’une opération d’importance capitale (projet de fusion/acquisition, changement de siège bancaire, etc…) pour obtenir de la part d’un employé du service comptable ou financier, un virement bancaire international urgent en vue d’une transaction hautement confidentielle.

Les escrocs préparent longuement l’opération. Ils étudient l’organigramme de l’entreprise en utilisant les informations qu’ils trouvent sur internet ou celles publiées directement par l’entreprise. Cette connaissance de la firme est associée à un ton persuasif et convaincant où la discrétion absolue de la personne capable d’opérer les virements (service comptable, secrétariat) est requise. C’est ainsi qu’ils parviennent à intercepter ou se faire remettre des spécimens de signature des dirigeants figurant sur des documents officiels. Dès lors l’arnaque est en route. Il ne leur suffit plus qu’à établir un ordre de paiement en recopiant ces dernières et l’envoyer à la banque.

Les particuliers également visés (Phishing) :

Il arrive également que les auteurs contactent les clients d’un établissement bancaire en se faisant passer pour le service de sécurité dudit établissement. Prétextant un problème ou un retrait suspect sur le compte bancaire, ils demandent des informations, comme par exemple, les codes d’accès à l’e-banking. Une fois ces informations obtenues, les escrocs peuvent procéder à n’importe quel virement d’argent depuis ce compte.

Les conseils de votre Police :

– Mettre en garde le service financier de l’entreprise et prévenir la police lors de toute requête suspecte et inhabituelle: montants élevés, confidentialité exagérée, virements sur des comptes dans des pays asiatiques ou de l’Est.

– Ne fournir aucune information (n° de compte, accès e-banking, etc…) et ne procéder à aucune action lors de prises de contact semblant douteuses ou inhabituelles, même lorsque l’on est mis sous pression.

– Instaurer des règles de fonctionnement avec le maximum de sécurité pour les virements d’argent: double signature, contrôles renforcés, etc.

– Attention aux informations publiées sur Internet: organigramme, signatures, modèles d’affaire, etc.

– En cas de doute, contacter directement la personne concernée au sein de la société, soit physiquement soit avec les coordonnées connues de l’entreprise.

2018-12-20T16:25:19+00:0020 décembre 2018|Catégories : Communiqués pour les médias|Mots-clés : |